Un chaland à OLNE-ST HADELIN

Olme 002

L'huile sur panneau de bois ci-dessus a été intitulée par Edgard D'Hont:" Bords de la Magne". Elle mesure 44cm sur 33cm et appartient à une collection privée.

Les quatre hameaux qui, réunis, forment la commune d'Olne ont un point commun. Tous, en effet, sont traversés de part en part par de bucoliques cours d'eau qui leur offrent fraîcheur et beauté. Parmi eux, l'ancienne bourgade de Saint-Hadelin se voit anoblie par le cours facétieux de la Magne.

Dès 1600, des textes officiels y signalent la présence d'un moulin banal dont les gestionnaires obéissent aux injonctions des moines de l'abbaye de Stavelot. Le bâtiment original connaîtra bien des vicissitudes au gré des siècles économiquement riches ou non. L'exploitation sera définitivement abandonnée lorsque l'invention de la machine à vapeur mettra un terme au "génie hydraulique". De nos jours, les propriétaires des lieux, respectueux du patrimoine, ont modernisé leurs logements sans pour autant démantibuler les anciennes installations au coeur desquelles trône une impressionnante roue en acier.

Lorsqu'au début des années trente, Edgard D'Hont choisit de représenter le moulin, il décide de poser son chevalet du côté le plus neutre de la bâtisse refusant d'illustrer le savant mécanisme qu'elle abrite. A dire vrai, l'imposant bâtiment apparaît accessoire dans sa vision globale de l'oeuvre. L'impassibilité des deux pignons inégaux a pour but de relever la multitude colorée des arbres sous la lumière d'une chaude après-midi automnale. L'artiste va, avec génie, se servir de l'approche du crépuscule et apprivoiser l'ultime vigueur d'un soleil, adepte involontaire de la géométrie, qui trace furtivement une parfaite diagonale à même le toit d'un appentis. Quant au pont, il semble inciter le spectateur à quitter le site prêt à accueillir la morosité d'une sombre soirée...

P1010188

Reste la spontanéité de la Magne voisine...Sans se préoccuper des ambiances la voilà qui poursuit son périple au gré de ses humeurs tout en concédant en ses reflets les caprices du ciel wallon...

La voilà belle et rebelle...

La voilà éternelle !

 

Quel commentaire peut apporter une prise de vue actuelle à peu près au même endroit? Souvent le silence s'impose...Il est à noter que les lieux ont souvent changé d'aspect suite aux différentes entreprises humaines locales. Seul le cours de la rivière, même chahuté, demeure imperturbable et s'en va serein vers son destin....