Un chaland à WENDUINE

D hont 008

En 1924, une nouvelle exposition accueille les oeuvres d'Edgard D'Hont parmi les tableaux d'Alfred Steven, l'ami intime d'Edouard Manet, et les sculptures de Joseph Zomers, auteur de l'incontournable statue de Tchantchès en Outremeuse. ( voir la photo ci-dessous)

Tchantches

A cette occasion, le Liégeois de coeur va pour la première et unique fois proposer des tableaux aux thèmes bien différents de ceux qui le fascinent depuis toujours. La fréquentation d'artistes qu'il côtoie peu ou le besoin d'élargir sa vision sont peut-être la cause de cette sensible révolution. Il semble néanmoins plus plausible que quelques journées de vacances balnéaires sont à l'origine de son attrait nouveau à l'égard des paysages flandriens. En tout état de cause, le temps d'une infidélité momentanée, polders et dunes remplaceront les méandres de rivières et les biez ardennais... Seule la lumière, créatrice d'atmosphère, maintiendra son emprise sur l'oeuvre. Ne s'agit-il point là de la marque intime d'un talent?.

Cette initiative, en tout cas, n'échappe pas au critique du journal" L'express", qui, surpris mais séduit, constate:

"(...) La nature parle dans ces petits panneaux assourdis un langage confidentiel. On aimera ces tranquilles et délicates harmonies...Quant à ses souvenirs de Flandre, ils nous valent une suite d'esquisses claires, limpides et distinguées comme: " Marée basse", "La grève", " Les dunes", "Petite plage" ou "Campagne flamande".

Dans les faits, envoûté par la clarté indéfinissable d'un bord de mer qui le subjugue, Edgard D'Hont choisira la pittoresque station de Wenduyne, (orthographe d'époque, aujourd'hui Wenduine) pour exprimer au mieux  son attirance imprévue.

Ww 006

Il mettra ainsi son talent au service des brises marines, des crépuscules salins et du plaisir incomparable des yeux que distille un soleil vautré à même un horizon rectiligne.

A l'orée du vingtième siècle, le village de Wenduyne, hanté jusque-là par quelques misérables familles de pêcheurs, vivra l'éclosion irrépressible d'un tourisme salvateur...

La vie de la minuscule bourgade en bord de mer s'en retrouvera totalement chamboulée, enrichie, métamorphosée.

Cette destinée installera irrémédiablement ses obligations et ses plaisirs pour de nombreuses années.

Au cours des années 1880-1890, quelques édiles locaux, profitant de l'invention récente du chemin de fer, décideront de développer une station à l'esprit familial afin d'attirer les touristes bourgeois peu séduits par le luxe onéreux et tapageur des hôtels d'Ostende.

En 1884, par exemple, ces dynamiques initiateurs trouvèrent, même au coeur d'un budget pourtant bien chiche, la somme indispensable à la construction d'une ligne de "trams à vapeur" qui reliera l'entité discrète à ses voisines dédiées aux plaisirs plus exubérants et festifs...

Tandis que les bambins s'épuiseront à ériger d'éphémères forts de sable, il est aisé d'imaginer leurs parents s'évertuer à rechercher minutieusement des coquillages aux couleurs pastel ou à voler aux reflets d'équinoxes quelque rêve inavoué..Voilà bien un temps empreint de bonheur qui annonce l'ère des premières vacances de masse et des congés payés pour tous...

Ww 003

A l'arrière d'une planchette de chêne qui supporte l'une de ses plus belles huiles et l'un de ses plus beaux ciels, Edgard D'Hont indiquera le titre de son tableautin: "Petite plage".

Il réunira toutes les joies des villégiateurs qui l'entourent sous un simple chiffre, symbole d'une année insouciante: 1923.

Installé à l'angle du déambulatoire de la rotonde locale, il reproduira l'agonie de l'ultime vague de dunes étirant son sable mordoré en direction des lames épanouies de la marée...A l'horizon, Ostende y tend déjà son port en narguant l'Angleterre...

D hont 008
Tmpwenduyne 006

C'est en 1897 que l'entrepreneur local Victor Dumon, crée la rotonde qui clôture, côté sud, la digue de Wenduyne. Il s'agit en fait d'une avancée au pied des vagues que tous apprécieront énormément.

Dès l'origine ,on érigea tout au long de cette courbe empierrée la galerie Léopold, déambulatoire art nouveau réalisé dans une combinaison gracieuse de verre et de fer ouvragé.Sensée protéger les promeneurs des rigueurs climatiques et abriter quelques bancs rustiques propices à d'interminables palabres, elle connaîtra et connaît encore régulièrement des aménagements fort anecdotiques puisque tous fidèles aux intentions de Victor Dumon.

Ww 004
Ww 001

Les cartes postales d'époque présentées ci-dessus nous proposent la découverte du premier déambulatoire construit sur la célèbre rotonde. La photo de gauche nous montre l'endroit exact où le paysagiste a posé son chevalet, soit au coin des bordures du pavement soutenant l'abri métallique. De cet endroit les plages de part et d'autre du Coq et les quartiers les plus proches de la mer d'Ostende sont aisément visibles par temps clair.

D hont 008 crop

Séduit par un paysage qu'il ne peut concevoir sans une présence humaine , ( à l'inverse de ses habitudes ardennaises) le peintre profite de sa vision pour reproduire d'une manière discrète mais intense les silhouettes colorées de quelques "chalands"  déambulant sur la grève.

Un énigmatique personnage, à peine esquissé mais omniprésent, vêtu d'une chemise rouge et d'une casquette blanche attire, plus que les autres, le regard du spectateur. A-t-il découvert un coquillage mordoré ou quelque souvenir d'un galion disparu? Nul bien sûr ne le sait, mais chacun ne peut s'empêcher de l'imaginer...

Sous un ciel magnifiquement troublé balayé des langueurs océanes, comment résisterons-nous en plongeant le regard dans la quiétude de la "PETITE PLAGE" à la remontée de souvenirs porteurs d'enfance?

Le tableau nous offre ainsi, l'espace d'une admiration, la possibilité de rajeunir, de redevenir un de ces bambins qui rêveront à jamais de construire des forts de sable indestructibles sans jamais se formaliser de ne point y parvenir...

Leur jeu, qui fut aussi le nôtre en d'autres temps, en devient une esquisse de la vie où la peinture trouve si bien sa qualité de guide et d'amie..

En somme, à chacun sa "Petite Plage"...ses espoirs et ses mélancolies...

Ww 009

A l'évidence, le tableau du maître de Chênée ci-dessus, intitulé " Les dunes.."  mesurant 34cm sur 24cm et provenant d'une collection privée, ne peut être localisé avec extrême précision. Il est pourtant tentant d'imaginer qu'il a, lui aussi, été réalisé dans les environs de Wenduyne.

La faiblesse récurrente des dunes locales, seules défenses naturelles contre les tempêtes a coûté fort cher au petit bourg. Au cours de son histoire, le village se retrouva à plusieurs reprises totalement noyé.

Ww 008

Avec au coin des lèvres la trace d'une moue dégoûtée, les vieux du coin narraient encore à l'aube des années 1900 que chaque nuit de tempête laissait entendre sonner les cloches d'une ancienne chapelle engloutie...Mais aussi que, dans un souci de rédemption, la brise de novembre, née de la mer, transportait une sourde mélopée mêlant pleurs et psaumes sacrés....

Il semble plus que probable que les environs de Wenduyne (aujourd'hui Le Coq-Wenduine) et Blankenberge ont vu plusieurs membres de la "bande à Edgard" y passer des vacances très particulières mêlant plaisirs en famille et activités picturales.

 

La famille Defize y a été photographiée quant à la famille Bauës sa présence est aujourd'hui confirmée par une carte postale de la main de la petite Cléo, carte retrouvée par le plus grand des hasards sur une brocante.. Louis Bauès a réalisé plusieurs tableaux le long de la côte belge. L'un d'entre eux, réalisé en double exemplaire, huile et aquarelle, nous présente son épouse et sa fille au pied de la rotonde de Wenduyne. ces oeuvres splendides ont été vendues il y a peu d'années en salle des ventes à Liège.

Ci-dessous le portrait de la petite Cléo Bauès alors âgée de 18 mois et  la carte postale signée de sa main par-dessus l'église de Wenduyne.

Ww 007
Ww 002
Dr 003
Baues 002

ndlr: Il nous est apparu utile de proposer ci-dessus les peintures de Ludovic Bauës telles qu'elles ont été proposées à la vente à l' Hôtel des ventes mosan de Liège et  en l'Hôtel des ventes Legros à Verviers. Nos photos ont été prises à même l'écran d'internet mais apportent néanmoins une idée assez correcte des travaux du peintre liégeois inspiré par les plages de la Mer du Nord....

A gauche est présentée l'aquarelle réalisée en guise de travail préparatoire à Wenduyne. Cette aquarelle a été proposée avec succès à la vente fin 2015 ou début 2016. L'huile identique avait suivi le même chemin quelques années auparavant.A droite une autre oeuvre de Bauès, réalisée, elle aussi, en bord de Mer du Nord et proposée à la vente en février 2016.

Enfin voici ci-dessous deux autres tableaux de Ludovic Bauës et une aquarelle réalisés dans et/ou autour de Wenduyne. Ces tableaux sont présentés dans la réserve publique d'images proposées par internet. leur qualité nous impose leur présentation. Quant à la dernière oeuvre présentée, baptisée "Dans les dunes", il s'agit d'une huile  sur carton entoilé réalisée en 1910. Elle a été vendue à Liège "Hôtel  des Ventes Elysées" en décembre 2018..

Baues ludovic etude pour lestacade om276300 10336 20130320 171 178
Images 024
Dunes baues