Un chaland à LIEGE

En 1887, Edgard D'Hont, de passage à la pointe de la BOVERIE fichée entre la Meuse et sa dérivation, va en quelques traits rapides immortaliser les petits hangars en planches érigés par les fondateurs du club d'aviron de l'Union Nautique de Liège. Ces esquisses, faisant partie désormais d'une collection privée demeureront "lettres mortes" et n'inciteront pas le peintre à retourner sur place afin d'y réaliser une toile en extérieur. Il est curieux de constater que malgré son attachement viscéral à sa région et ses très fréquentes visites dans la cité principautaire par le biais des secrétariats de la Fédération Artistes Liégeois et du Cercle des Beaux-Arts, sans compter ses innombrables expositions, les plus jolis sites de la ville n'ont jamais trouvé un intérêt pictural à ses yeux.En ce sens, il agit à l'opposé de l'un de ses meilleurs amis à savoir François Maréchal dont la plupart des sérigraphies auront Liège pour thème principal.

Encore insatisfait de ses capacités lorsqu'il réalise les deux épures reproduites sur cette page,Edgard D'Hont ,en ces années, semble toujours chercher la voie d'un vrai talent et demeure asservi aux aquarelles qu'il croit maîtriser mieux. Ces dessins rapides et annotés trouvent leur intérêt dans la représentation des lieux qu'ils décrivent sommairement, et qui , d'ailleurs, ont depuis subi d'importantes et nécessaires modernisations.

D hont claudy 012 crop
D hont claudy 013

Comme le paysagiste, au cours des décennies suivantes, l'Union Nautique n'en finira plus de s'affirmer. Elle permet, de nos jours, à certains d'atteindre la performance olympique et à d'autres de goûter au plaisir distractif de l'aviron.

La carte postale ci-contre est datée de l'année 1901. On  lui trouvera, à l'évidence, peu de similitudes avec les esquisses du paysagiste de Chênée. Les locaux ont déjà, entre 1887 et 1901 été largement rebâtis en dur...Ces modifications accentuent le caractère "historique" des "petis" dessins d'Edgard D'Hont.

Luxembourg 002