Le recoin d'en face

Rates 001
Rates 3

Ci-dessus deux toiles proposées avec succès en la salle des ventes Legros à Verviers en 2016

P1040744

La photo ci-dessus ,datée du XXème siècle mais prise bien avant la première guerre mondiale, nous présente une assemblée de notables dont le sérieux témoigne de leur sentiment d'évidente utilité. Il a été impossible de déterminer les attributions de ce comité. Aucun artiste reconnu , mis à part bien sûr D'hont  n'a pu y être relevé. La meilleure supposition doit donc s'articuler autour d'une association d'édiles et d' entrepreneurs liégeois ou chénéens...Toute information est vivement espérée.On reconnaîtra aisément notre paysagiste sous le bâtonnet.

 

P1040745
Moche 003
P1050314

Le hasard d'un rangement au coeur encombré d'un  grenier familial nous a permis de retrouver la photo ci-dessus d'Edgard D'Hont datée de l'année 1906. Ce cliché a été pris par un certain Charles MORSA qui a tenu à indiquer son nom au verso de ladite épreuve.Comme le hasard a le don de parfois "bien faire les choses" il est aisé de constater que l'oeuvre à laquelle s'attelle l'artiste est précisément celle présentée dans notre précédent chapitre "L'exposant(suite)".  Ce tableau ne nous avait, à l'époque, que livré son titre. Désormais, les indications supplémentaires au dos de la photo nous affirment que le paysagiste est placé sur une rive de la SOLIERES à Lovegnée dans les environs de la ville de HUY.

 

Tout comme son aîné Alfred, Edgard D'Hont a ,parmi ses différentes activités, exercé le métier de journaliste ou, à tout le moins, de chroniqueur. Au contraire de son frère il ne se dégoûtera pas de cette activité littéraire qu'il accomplira durant de nombreuses années devenant même un "esprit liégeois de référence", un spécialiste des réalités et du folklore local. Ci-contre voici la représentation de son badge de "libre accès" qui lui a été confié par le journal "L'Express"

P1050116
P1050310

Incontestable "meneur" d'hommes et "conscience" parmi ses semblables, Edgard D'Hont a beaucoup marqué les artistes liégeois qu'il fréquentait, aidait et animait. Nous déduisons cet état de fait des nombreux portraits de lui qu'ont réalisés ses pairs.

Aux oeuvres de SIRTAINE et DEFIZE déjà présentées dans les pages de ce site, une découverte inopinée nous incite à présenter le nouveau portrait ci-contre oeuvre crayonnée du peintre BOINEM. On y découvre le Chénéen plutôt jeune et imberbe.

Ce manque de pilosité ostentatoire nous incite à définir la réalisation de ce dessin au cours de l'ultime décénnie du dix-neuvième siècle.

P1050115

L'huile ci-dessus a été trouvée sans cadre ,négligée et abandonnée. Peut-être n'a-t-elle pas trouvé grâce aux yeux du paysagiste...peut-être a-t-elle simplement été égarée puis oubliée...Ce sort, plutôt injuste, est peut-être réparé ici. Ce paysage agricole a été dénommé "matin de septembre" par son auteur et a été réalisé dans les environs immédiats du château-ferme d'AVION-PUITS dans la commune d'Esneux. Une fois encore, une fois de plus, Edgard D'Hont ne peut s'empêcher d'admirer l'architecture altière d'une meule de foin et sans doute les efforts que l'érection de cette dernière suscita...

P1550522 t
P1050212

Assurément les époux D'Hont ont du apprécier la joie incomparable de posséder un chien. La preuve en est cette peinture à l'huile réalisée par Edgard  et ce,contrairement à ses habitudes plus tournées vers les paysages désertés de toute vie humaine ou animale...

C'est avec émotion que l'on découvre à l'envers de ce tableau les indications suivantes : BETTY II née en juin 1924, décédée en février 1937...

Ces dates prouvent qu'Edgard resta viscéralement attaché à sa chienne bien après le décès de son épouse.

Portrait

CI-contre voici la reproduction d'un auto-portrait du peintre Alphonse MATAIVE  probablement un des artistes les plus proches d'Edgard D'Hont. Ce grand spécialiste du portrait, toujours prêt à représenter ses collègues et condisciples a, de manière exceptionnelle, choisi de s'inscrire dans la longévité de son art..Justice est ainsi rendue. Ce portrait  a été vendu lors d'une vente publique en l'HÔTEL DES VENTES MOSAN à Liège en 2018