Les cinq

555 014
555 011
555 012
555 013

Alors qu'en 1886, à Paris, le cénacle impressionniste vole en éclats et voit ses membres fondateurs se chamailler puis retrouver des approches et des visions plus individualistes, à Liège, un mouvement contraire s'organise. Quelques précurseurs, généralement dans la fleur de l'âge, désarmés face à la négligence locale portée aux choses de l'art, se réunissent au sein d'une association qui se revendique de la culture essentiellement locale. Ils trouveront cependant des accointances avec quelques personnalités politiques ou littéraire des bassins de Charleroi et Namur, tels Jules Destrée , Arille Carlier ou Maurice des Ombiaux. Bref, les voilà reliés à toute une future Wallonie qui tient à se rappeler son existence de principe bâtie à grands renforts de particularités originales.

Chacun peut imaginer les débats agités, gorgés d'espoir et d'illusions, menés par ces artistes en herbe dans les recoins des estaminets ou au fond des salles de classe. L'avenir consentira à s'agenouiller devant quelques rêveurs qui n'ont, en fait, absolument rien prouvé au jour de leurs choix définitifs.

 

555 015

Les locaux de l' Académie des Beaux-Arts de Liège et les troquets serviront d'alcôves où naîtront des volontés farouches et les espoirs d'un véritable statut artistiquement reconnu à Liège. La cité mosane pourrait, par ce biais, espérer renaître de ses cendres et retrouver une verdeur endormie depuis des siècles. Pour ces jeunes ambitieux, le déclin de l'inventivité créatrice a dépassé le simple domaine de l'art pour scléroser l'ensemble d'un territoire et l'asservir aux choix et orientations des autres régions du pays. A ce titre, la nouvelle arrogance de ceux que l'on traite les " Parvenus bruxellois".apparaît bien lourde à supporter en bord de Meuse.

Une jeunesse mosane, bouillante et imaginative, va donc bousculer la sclérose ambiante et structurer un "tsunami" d'abord pictural, certes tardif mais florissant, divers et de qualité. La future association " Les CINQ" fera, à ce titre, à elle seule, oeuvre d'éclaireuse et d'innovatrice. Elle compte en ses rangs des condisciples de classes d'Académie ou de simples voisins. Presque tous sont issus des Beaux-Arts de Liège et ont été formés, à la dure et à l'exigence, par des professeurs au talent étincelant. Ces enseignants mémorables, artistes eux-même, ont pour noms Niesen, Soubre, Delperée et surtout Prosper De Witte.

"Les CINQ" rassemblent des artistes qui s'installeront avec omniprésence dans l'actualité et les faits divers surtout jusqu'aux derniers jours de la guerre 1914-1918.

Dans cette génération, seul Auguste Donnay choisira de suivre une voie moins collective et plus retirée du monde. Il ira s'établir au coeur du village de Méry où il passera la quasi-totalité de son existence. Jamais pourtant il ne brisera complètement le lien amical qui le lie à ses pairs. De son côté, Richard Heintz, perdu dans les méandres d'une existence souvent compliquée, choisira une voie d'ermite à l'abri des agitations de ses contemporains. Force est de constater que ces "isolés" demeurent les seuls à avoir encore de nos jours la reconnaissance effective et financière des amateurs d'oeuvres d'art. Il est vrai que Donnay ouvrit une voie symboliste et Heintz évolua toute sa vie vers l'expression géniale d'une peinture de plus en plus moderne. Les autres peintres de cette époque demeurèrent souvent coincés dans un art figuratif, de qualité certes mais peu enclin aux évolutions qui ravissent la plupart des "critiques et historiens" en matière d'art pictural. Finalement c'est sur un terrain plus "politique" qu'ils creuseront le sillon de leur  souvenir.

Deux membres du groupe "Les Cinq" abordent les rives de la quarantaine et font office d'aînés. Il s'agit d'Alphonse MATAIVE et Jean CAMBRESIER. Le troisième larron ne pourra éviter la raillerie de se voir considérer tel le "p'tit mousse" de l'équipage. Agé de vingt-deux ans, il sort frais émoulu de l'Académie et se nomme Louis BAUES. Son talent pourtant est déjà loué au coeur des rares cénacles de connaisseurs. Les deux derniers enfin, fiers de leurs trente-cinq printemps; symbolisent peut-être un juste milieu ou un équilibre. Leurs noms ? François MARECHAL et, bien sûr, Edgard D'HONT, la pièce centrale de notre site.

 

555 010

En 1892, après leurs premiers succès, afin d'immortaliser leur union scellée dans la promesse d'un respect et d'un soutien mutuel, François Maréchal proposera de s'initier exclusivement à l'art de la lithographie et de composer l'effigie officielle de l'association.

Après l'essai de quelques premières plaques dont Edgard D'Hont a gardé, en souvenir, la trace de la première ébauche, Maréchal va se risquer à reproduire l'affiche qu'il a promise à ses acolytes. On y discerne, sur le seul exemplaire connu et reproduit ci-contre, une sylphide dans l'éclat de sa fierté, achevant de la main droite le coloriage d'une des lettres formant le nom officiel du groupuscule. Cette allégorie, gavée de vanité, prouve que la jeunesse, imprudente, ne doute de rien et croit posséder les armes capables de bousculer un monde pétrifié et conventionnel. A la droite de cette beauté dévêtue, le lithographe, dont on remarquera la qualité du crayonné, propose les portraits des membres fondateurs du groupe. De haut en bas, D'Hont, Cambresier, Bauès, Maréchal (à gauche) et Mataive. Au sommet de la pyramide des visages, Maréchal pose donc le buste d'Edgard D'Hont. Cette position tend à prouver le rôle de meneur que tient l'artiste de Chênée au sein de cette confrérie.

Une caractéristique originale de cette sérigraphie historique se situe au niveau de la signature de son concepteur. Maréchal griffe en effet son oeuvre de l'énigme:" Ewertnod". Il s'agit en fait de la dénomination du village qui l'a vu naître noté à rebours soit:"Doutrèwe". Voilà donc l'iconographe adepte, bien avant la mode, du désormais fort usité "verlan". Modernité quand tu nous tiens! Louis Bauès, qui préfèrera plus tard le prénom de Ludovic, réalisera à même la pierre les profils des cinq membres qui, franchement, manquent peut-être de la plus élémentaire modestie. Ces sculptures ont aujourd'hui disparu.

Au coeur de ses premiers échanges, le groupe, unanime, va déplorer le manque d'envergure créatrice qui englue la cité liégeoise. A l'évidence, tout artiste méconnu ne possède aucun moyen d'attirer l'attention. Or, pour ces contestataires, la culture représente le levain de tout renouveau. Ils concluent donc à l'absolue nécessité pour eux de rassembler des oeuvres dans un seul local d'exposition afin d'y attirer un public.

Force leur est de déplorer qu'aucun lieu digne de ce nom n'est proposé au sein des quartiers de la cité mosane.Le seul local assez vaste pour contenir un événement pictural se nomme la " salle de l'EMULATION" qu'une carte postale des années 1920 nous propose ici contre. Ce local  vétuste et quasi délabré est le siège de la Société d'Emulation créée en 1779. Il s'agit en réalité d'une ancienne Redoute,nom local attribué à un cabaret pas forcément très recommandable.

Cette salle a servi rarement et, le plus souvent, pour des conférences culturelles. Pourtant le littérateur François Coppée, le nationaliste Maurice Barrès ou les poètes Stéphane Mallarmé et Paul Verlaine s'y sont exprimés. Excusez du peu! Même Franz Litz y a fait découvrir l'une de ses créations...Cependant aucune exposition picturale ne s'y est jamais déroulée.

Les avis au sein du groupe artistique sont partagés. outre sa vieille et piètre réputation morale, la salle étroite n'offre pas le recul indispensable à la contemplation des aquarelles et plus encore des huiles. Peu de fenêtres y concèdent l'intrusion d'une lumière capable d'offrir une consistance aux oeuvres. L'architecte d'origine n'a recherché que la multiplication des coins sombres destinés à la lubricité des couples d'un soir... Le succès imprévu de l'exposition du groupe "Les Cinq" intronisera cependant les salles de l'Emulation en sanctuaire pictural jusqu'à ce qu'une soldatesque allemande avinée y boute le feu en 1914.

Emulation 002
Emulation 001

Le Lundi 11 février 1886, les cinq jeunes loups ouvrent gratuitement au public les portes de leur premier salon particulier d'exposition. Le vernissage s'est tenu la veille. Ci-contre l'invitation parvenue à Adèle, future Madame D'Hont, qui loge dans la maison de Frippiers ( dénommée aussi maison de la "Chaloupe d'Or") sur la magnifique Grand Place de Bruxelles.

L'opération va se répercuter formidablement dans tous les quartiers de Liège. L'exposition devient "le" sujet principal des conversations et l'événement à visiter absolument.

Face à la démarche révolutionnaire de ce "noyau" artistique d'idéalistes liés par une indéfectible amitié force est de reconnaître que celle-ci est grevée d'étourderie et de naïveté.

Seul Alphonse Mataive, en effet, en cette année 1886, a déjà fait de timides preuves en tant que véritable peintre, maître de l'huile et des couleurs. Louis Bauès sort, frais émoulu de l'Académie, Jean Cambresier, en autodidacte qui n'a jamais franchi la porte d'entrée d'une académie, s'exprime pour la première fois, François Maréchal ne maîtrise pas encore totalement la technique de la sérigraphie qui fera son incontestable notoriété quant à Edgard D'Hont, il demeure toujours très largement corseté dans un talent d'aquarelliste. Il aura d'ailleurs honte des premières huiles qu'il présentera lors de cette exposition. Dans les années suivantes, il choisira de se perfectionner dans cette pratique qu'il considère, probablement à tort, comme la seule à se parer d'une "vérité" réellement artistique. Ci-contre la photo représente le tout premier essai de François Maréchal face à la sérigraphie... C'est sûrement en riant qu'il a confié cet exemplaire rarissime et touchant à son ami de Chênée.

Ce dernier, dans un discours qu'il composera spécialement, fin 1929, à l'adresse de son "vieil" ami Mataive, nous proposera sa présentation de la mise en place de ce qu'il appellera le choix de la "morne" salle de l'Emulation.

Marech 003
555 001

L'événement, jugé d'importance aujourd'hui dans la mémoire de quelques rares initiés,semble au travers de ces lignes clairement teinté de petitesse et d'un émouvant bricolage. Sans doute en est-il ainsi des événements amateurs destinés à un succès imprévisible. Il est à remarquer que curieusement l'orateur se trompe d'une année et recule l'événement en 1887....nul n'est parfait en son domaine!

555 008

" Tout d'un coup, nous voilà reportés en 1887, réunis dans la boîte à cigare du complaisant Félix SCHROEDER ( ndlr: le plus célèbre amateur d'art local de l'époque, au demeurant marchand de cigares installé Place Verte à Liège. Voir la page "un chaland à Liège".) où dans un nuage de légère et odorante fumée surgit l'idée, plutôt osée, de réunir nos modestes travaux en une exposition collective qui prit corps et le titre de "Les Cinq".

Les Cinq étaient: Ludovic Bauès, le taciturne ; Jean Cambresier, hélas disparu, d'une naïveté savoureuse; François Maréchal,le bourru au coeur d'or; Alphonse Mataive, le doyen de l'association et enfin celui qui, ce soir a la joie d'évoquer la lointaine époque où nous avions

 

encore des cheveux abondants et des ....illusions! La salle de la Société libre de l'Emulation, la seule alors un peu convenable pour y apposer des oeuvres picturales nous fut obligeamment confiée...( ndlr: des articles de journaux locaux nous révèlent qu'en fait les autorités communales de l'époque hésitèrent fortement et n'acceptèrent qu'à contrecoeur une manifestation qu'ils jugeaient peu crédible voire potache. Les artistes demandeurs apparaissaient, de plus, volontiers exaltés par une jeunesse irréfléchie)

Les murs couverts d'une décoration peu propice durent être masqués par du papier d'un ton plus convenable. En choeur nous nous appliquâmes à cette besogne et firent

555 007
555 005

le transport de nos oeuvres au moyen d'une charrette à bras!

Annoncée à grands renforts de communiqués- la presse liégeoise, je me plais à le reconnaître n'a jamais marchandé sa complaisance à l'égard des artistes- le salon des "Cinq" fut encouragé par de nombreux visiteurs(....)

Et voilà comment, après 43 ans ( ndlr: en réalité 44ans...) , grâce à la réunion de ce soir j'ai la joie d'exhumer les souvenirs- un peu puérils- qui trouveront leur excuse dans le fait que les vieillards et les enfants sont voisins, avec la différence qu'ils se tournent le dos(...)

 

Si le salon" Les Cinq" ne nous a laissé qu'un doux souvenir, il fut profitable aux autres, car c'est là qu'est née l'idée de fonder le " Cercle des Beaux-Arts" dont l'activité n'a cessé de croître et qui, depuis longtemps, a non pignon sur rue mais sur....boulevard! ((ndlr: le jeu de mot du paysagiste tient dans le déménagement du Cercle vers le Boulevard de la Sauvenière)

Par bonheur, Edgard D'Hont a également gardé dans ses carnets un article, malheureusement incomplet, paru dans le journal " LE FOYER" à l'époque de l'exposition "Les Cinq". Voici comment le journaliste narre l'événement. Il sera remarqué nombre d'appréciations originales voire même, dans le cas de Maréchal, quelques détails morphologiques incongrus!

555 006
555 004

"Comme il fut annoncé, s'ouvrira, dimanche prochain, 10 février, en la salle de l'Emulation, le salon des Cinq, dont Bauès, d'Hont ( ndlr: à remarquer l'anoblissement sûrement involontaire du paysagiste), Cambresier, Maréchal et Mataive                                

Depuis longtemps cette exposition défraie les conversations du monde artiste; dans les ateliers, grand bien est dit de son organisation. Pensez donc: plus de cent oeuvres réunies: aquarelles, dessins, paysages et pas mal de choses qui seront pour les amateurs de surprises!  Mais pas d'indiscrétions pour le moment. Bornons-nous à prévenir le public de cette intéressante ouverture et à dire quelques mots de chacun des artistes dont nous aurons à examiner les travaux:

LOUIS BAUES- un des plus brillants lauréats de l'Académie de Liège, est connu. Au début, il semblait tendre aux idéalités, aux rêveries sur lesquelles sa nature suffisamment mélancolique se portait. Cette voie abandonnée, il s'est attaché au réalisme de la vie, obsédé par la pensée et l'affection de l'être que nous retrouvons partout dans ses oeuvres.(ndlr: il s'agit de sa future épouse)

JEAN CAMBRESIER- ne tient ses connaissances que de lui-même et de son instinct qui l'a poussé, tout jeune encore à fréquenter les ateliers de ses amis, ces hauteurs à propos desquelles nous nous rappelons ce vers de l'immortel chansonnier :"Dans un grenier qu'on est bien à vingt ans..."( ndlr: il s'agit d'un extrait du texte  "Le grenier", oeuvre de Pierre-Jean BERANGER, un célèbre chansonnier parisien disparu (1780-1857)

EDGARD d'HONT- élève aussi de notre Académie, peint de préférence les environs de Chênée, son lieu natal; nous aurons à apprécier sa manière dans l'aquarelle et le paysage..;

FRANCOIS MARECHAL - la modestie même: jamais encore il n'a exposé, bien que son oeuvre soit considérable. Sans doute ce nouveau venu fera sensation: c'est un naturaliste, mais d'un naturalisme de bon goût avec une pointe d'esprit personnel et d'un cachet tout particulier. Au physique aussi, du reste, il paraît quelqu'un, sa figure énergique est déterminée par une ossature frontale très proéminente qui donne à son regard une franchise et.....troublante....Nous attendons.....

Le jour de clôture de cette première manifestation, malgré un nombre réduit de ventes effectives, la ville de L!ège sent qu'une page vient de se tourner. Les perspectives d'avenir d'une ère nouvelle bousculent les traditions, même si, ailleurs en Europe d'autres précurseurs ont pris une avance substantielle que les Liégeois mettront plus d'un demi-siècle à grignoter. En 1887, par exemple, les magasins de la Place Verte organisent leurs "Salons de la peinture". Deux locaux entiers seront à cette occasion occupés par les oeuvres de peintres dont peu avaient ouï le nom auparavant: Marneffe, Rassenfosse, Bauès, Maréchal et D'Hont. Le "sanctuaire" liégeois de notre Région Wallonne actuelle, s'est donc très largement créé au départ de l'espérance picturale et de l'énergie de quelques artistes idéalistes , novateurs et malgré tout efficaces.... Ce déclenchement d'une éclosion artistique qui gagne toutes les villes wallonnes importantes va soutenir un sentiment plus politique d'identité...L'art initie ainsi un comportement citoyen nouveau basé sur le sentiment d'exister dans la différence...

En avril 1897, Les Cinq abandonnent l'Emulation pour occuper un nouveau local plus adapté au Boulevard de la Sauvenière à l'emplacement des futurs "Thermes", eux aussi aujourd'hui disparus.

En ce XXI ème siècle, le bâtiment de l'Emulation après transformation est devenu le "Théâtre de Liège". L'ensemble moderne a cependant gardé l'ancienne façade historique telle que l'on côtoyée Les Cinq il y a plus de cent vingt-cinq ans!

En 1892, le groupe "Les Cinq" crée un projet associatif plus large qui se pare du titre de " Cercle des Beaux-Arts" . La congrégation des artistes liégeois possèdera ainsi une première organisation réellement représentative sans intervention directe des vieux représentants politiques dépassés ainsi qu'un local de réunions et d'expositions au centre de la "Cité Ardente". Après le premier conflit mondial, les jeunes pousses politiques se rendront compte de l'absolue nécessité d'une telle infrastructure et mettront sur pied la future "Société Royale des Beaux-Arts" qui remplacera le  vieux Cercle mis avec obstination sur la touche...Le terme "royal" sera offert par le roi Albert I quelques mois après la "reprise en main" de l'ancien Cercle par la nouvelle génération.

Il est plus que probable qu'un conflit de personnes rendit les années d'après-guerre assez tendues..Edgard D'Hont claqua sûrement la porte et en paya les conséquences. En effet, dans nombre de textes officiels parus ensuite, les membres du "nouveau" cercle ont tenté  de falsifier l'exactitude des faits. Ils ont en effet "oublié" l' exposition initiale du groupe "Les cinq" pour ne se souvenir que de l'événement similaire bien plus tardif de 1892, inauguré par le roi Léopold II. La confusion, probablement volontaire, mêle la création du Cercle et la soi-disant exposition de novembre de la même année.Le péché "par omission" consiste à mêler les événements et à gommer ainsi leur origine exacte. Rappelons que même en 1892, le secrétaire officiel du Cercle était Edgard D'Hont. Ce dernier le restera jusqu'en 1918...Perfidie supplémentaire, lors de l'assemblée générale du 14 avril 1919, le nouveau secrétaire Arthur Snyers, "oubliera" de citer le nom de son prédécesseur et de l'inclure dans les félicitations qu'il adresse à l'association dont il prend ,à ce moment précis, une part des rennes...De plus, lors de l'officiel " Salon  du Centenaire de la Société Royale des Beaux-Arts de Liège" en 1933 intitulé "Le visage de Liège", alors que TOUS les artistes récents et anciens sont représentés...Edgard D'Hont n'occupera aucun espace aux cimaises...S'agit-il d'une vengeance ou d'une bouderie de la part de l'artiste? Les témoins ont disparu et se taisent à jamais. Qu'importe puisque le Cercle aux dénominations diverses et successives continuera son oeuvre de soutien effectif aux artistes...

Malgré les vicissitudes et rivalités, Le Cercle Royal des Beaux-Arts existe toujours de nos jours en ses locaux rue Soeurs de Hasque.

La vie culturelle de la ville de Liège, oublieuse, a sans doute totalement oublié plus qu'un groupuscule méconnu formé par cinq artistes courageux lui a donné ses premières et incontestables lettres de noblesse à l'orée d'un vingtième siècle fertile en événements....

Puisse ce site le lui rappeler!

 

D hont suzanne 009 crop
D hont suzanne 004 crop

Afin d'illustrer le talent de quelques membres des Cinq nous ne résistons pas au plaisir de présenter en primeur deux huiles totalement méconnues de Ludovic BAUES issues d'une collection privée. Sur celle de gauche, l'artiste nous présente son épouse au repos surveillant sa petite fille Cléo au chapeau rouge. L'autre nous propose "Le biez de la rue aux Pierres" à Chênée. L'endroit a malheureusement aujourd'hui disparu.

L'huile ci-dessous issue de la même collection a été peinte par Alphonse Mataive grand spécialiste des portraits.

D hont suzanne 010 crop

 

" La véritable naissance d'une nation, c'est le moment où une poignée d'individus déclare qu'elle existe et entreprend de le prouver."

Anne-Marie Thiesse ( La création des identités nationales)

 

Le tableau à l'huile ci contre trouvé dans la "boîte à images" de Mataive sur internet se nomme" L'horloger". Il prouve à nouveau la minutie du trait descriptif et fidèle du peintre qui se verra systématiquement chargé par ses confrères de réaliser leur portrait.

Mataive alphonse lhorloger om10e300 10336 20121212 168 357
555 002
D hont michel coryn 024 crop

Les deux tableaux ci-dessus, issus d'une collection privée, nous prouvent la sincère amitié qui liaient les membres du groupe "Les CINQ" au demeurant, dans ce cas Maréchal et D'Hont. Au cours d'une promenade commune, les deux compères ont décidé de représenter la même partie de forêt et de comparer leurs réalisations afin d'affiner, par la confrontation de leurs avis respectifs, leurs techniques. Edgard D'Hont, en cette époque de l'Emulation, choisira l'aquarelle afin de réaliser le travail le plus performant . Son tableau se situe à droite. Quant à François Maréchal, encore trop peu confiant en ses capacités de sérigraphiste, il réalisera son tableau à l'huile. Ce choix nous permet d'admirer l'une des rares peintures exécutée à l'aide de cette technique picturale qu'il négligera.

Plus tard, marié, son épouse , grande amie d'Adèle D'Hont offrira à cette dernière la grande sérigraphie de son mari reproduite ci-dessous , non sans y apposer un délicat mot d'admiration et de fidélité fraternelle. (collection privée)

D hont michel coryn 022 crop
Fmarechal oif02d

Ci-dessus à droite une magnifiqique sérigraphie de F. Maréchal copyright BAL musée des Beaux-Arts de Liège

Ci-dessous trois aquarelles de Jean Cambresier trouvées sur internet . Cambresier est le seul membre du groupe "Les Cinq" à ne pas avoir fréquenté les cours de l'Académie des Beaux-Arts de Liège.Il avait un frère qui exerça le même art que lui. Si Edgard D'Hont sera le dernier "survivant" du groupe, Cambresier sera malheureusement pour lui le premier à disparaître...

981 5947
981 5883
Images

En tant que secrétaire du Cercle des Beaux-Arts de Liège, Edgard D'Hont assistera plusieurs présidents. L'un d'entre-eux se nomme Olympe GILBART. Peintre "du dimanche" ce dernier accomplira surtout une carrière personnelle dévouée essentiellement à sa région liégeoise.Homme politique libéral, il occupera le siège de rédacteur en chef du journal  " La Meuse" et deviendra l'organisateur visionnaire du premier réel "Congrès Wallon" en 1905. Dans le cadre de ce site tourné plutôt vers les activités picturales,un autre président, qui s'est appuyé sur le talent d'organisateur du paysagiste de Chênée, attire plus encore le souvenir, il porte le nom d'Evariste CARPENTIER. Ce dernier outre la direction de l'Academie se distinguera surtout par ses qualités exceptionnelles de peintre centré sur les mondes naturels et agrestes. Aujourd'hui encore sa cote demeure élevée.

Ci dessous à gauche le portrait d'Olympe Gilbart sur toile et sur médaille et à droite une huile de Carpentier vendue en la salle des ventes DE VUYST en février 2016.

Gilbart 001
Gilbart 002
Prosper 002
Portrait

Ci-contre la reproduction d'un auto-portrait d'Alphonse MATAIVE. Le peintre généralement disposé à immortaliser ses amis et condisciples a choisi, de manière exceptionnelle, de s'inscrire dans l'éternité de son art pour notre plus grand plaisir.